Lancement régional du rapport sur l’état du volontariat dans le monde :

0
8

« Les préoccupations humanitaires communes et la lutte pour la renaissance arabe doivent nous rassembler en tant que pays arabes, indépendamment des différences et des divisions qui nous ont affaiblis, plus que toute autre agression extérieure ou guerre menée contre nous. Nous devons trouver notre propre voie pour combattre les injustices dans le monde, au premier rang desquelles la cause palestinienne ». C’est avec ces mots que le Dr Kamel Mohanna, président fondateur de l’association Amel International, s’est adressé aux participants, lors du lancement régional du Rapport sur l’état du volontariat dans le monde en 2022, et de la stratégie arabe de soutien au volontariat afin de bâtir des sociétés égales et inclusives.

L’événement, organisé au siège du Secrétariat général de la Ligue des États Arabes au Caire, s’est déroulé en présence de l’ambassadeur Haifa Abu-Ghazaleh, secrétaire général adjoint et chef du département des Affaires sociales de la Ligue des États Arabes, du Dr Nevine Al-Kabbaj, ministre égyptien de la Solidarité, de l’ambassadrice adjointe du Liban, Mme Rehab Abu Zain, de la conseillère Jumana Al-Ghoul, déléguée de la Palestine auprès de la Ligue arabe, ainsi que d’Elena Panova, coordinatrice résidente des Nations unies en Égypte, et du Dr Kamel Mohanna, coordinateur général du réseau des ONG libanaises et arabes, et président fondateur de l’association Amel International. Etaient également présents les délégués des pays arabes, des Nations unies et des organisations de la société civile arabe et internationale.

Dans son allocution, le Dr Mohanna a souligné que l’association Amel est une organisation non-confessionnelle et volontaire dans sa structure et sa philosophie. Sous la direction de 1 400 employés à temps plein et bénévoles qui travaillent avec un dévouement et un engagement total, elle lutte afin de permettre aux gens de décider de leur propre destin, en renforçant les capacités de la communauté et en créant les conditions pour la reconstruction d’un État juste au Liban et dans le monde entier.

« La philosophie d’Amel, a-t-il ajouté, s’articule autour du rejet des doubles standards utilisés par l’Occident à l’égard des « pays du Sud », et de l’établissement d’une distribution équitable des richesses aux niveaux national et mondial. L’association cherche à défendre les causes justes des opprimés dans le monde entier, en particulier du peuple palestinien et d’autres groupes marginalisés dont la dignité et le droit à l’autodétermination sont souvent bafoués. Elle milite également en faveur de la protection de l’environnement, alors que les effets désastreux du changement climatique affectent le monde, notamment les groupes les plus vulnérables, et lutte pour asseoir la complémentarité du secteur humanitaire avec le secteur public et faire pression pour corriger les politiques sociales.

Le Dr Mohanna a également souligné qu’Amel, au cours de son histoire, s’est toujours positionné à contre-courant de la culture dominante dans le monde. En dépit de la diffusion du concept de « développement durable », les pauvres s’appauvrissent et les riches s’enrichissent ; malgré les discours sur les droits de l’Homme et l’égalité, nous assistons aux manifestations de racisme les plus violentes et à l’intensification de la guerre dans le monde. Autrement dit, il existe un véritable fossé entre le discours et la pratique. Amel s’est donc appuyée sur son expérience de terrain afin d’en tirer des leçons, des enseignements et des bonnes pratiques. Cela a contribué à renforcer son leadership au niveau local, avant d’étendre son action au niveau international, et notamment en Europe, en Asie, et bientôt en Afrique et en Amérique latine, sous le slogan « La pensée positive et l’optimisme permanent ». L’organisation met en œuvre des programmes dédiés au progrès de l’Homme et de la société, en adoptant une approche triangulaire : service – développement – droits.

Selon le Dr Mohanna, l’approche de base qui guide tous les programmes et projets d’Amel vise à fournir un modèle pour identifier des solutions durables, au-delà du traitement des résultats. Les centres et cliniques d’Amel bénéficient des meilleurs programmes de développement, afin de donner des moyens d’action aux gens simples dans les zones les plus marginalisées, de garantir leurs droits fondamentaux à la santé, à l’éducation et à la protection. Il a en outre souligné que la distribution géographique des centres Amel à travers les régions libanaises, indépendamment de toute affiliation religieuse ou politique, démontre que les besoins des populations doivent demeurer le moteur de toute action humanitaire. La mission d’Amel est de libérer les gens de toute forme de dépendance, en leur permettant de prendre en main leur destin vers le changement.

Le Dr Mohanna a par ailleurs mis en lumière la contribution des organisations de volontaires au maintien de la cohésion de la société pendant la guerre, alors que les régions libanaises étaient en proie à la division : les gens ont survécu ; ils ne sont pas morts de faim malgré les conditions difficiles. Les organisations de volontaires étaient à l’opposé des divisions qui prévalaient à cette période. L’abnégation et l’altruisme ont été des exemples remarquables qui ont fait ressortir le meilleur des valeurs humanitaires et patriotiques, grâce à la formidable force du peuple libanais et à sa résilience. Les volontaires sont le sel de la terre et l’âme du don.

Enfin, le Dr Mohanna a conclu sur le volontariat comme identité universelle qui rassemble les énergies humaines créatives et généreuses, afin d’aider les personnes dans le besoin et d’améliorer leurs chances dans la vie. Pour Amel, cela signifie qu’une personne est responsabilisée par elle-même, active dans la reconstruction de sa société et désireuse d’établir une Humanité plus juste et universelle. Voilà à quoi nous aspirons pour le citoyen arabe en devenir : un homme qui s’élève avec sa société et inspire les autres nations.

Il convient de noter que ce rapport, qui s’appuie sur une étude des modèles de volontariat pionniers dans le monde arabe, et notamment sur l’expérience de l’association Amel International, vise à mettre en lumière le rôle des organisations humanitaires bénévoles dans la reconstruction des sociétés arabes et à formuler une stratégie de promotion du volontariat basée sur la politique régionale pour le volontariat, menée par la Ligue des États Arabes.