People Health Movement et Amel organisent une conférence sur le droit à la santé pour tous

0
17

People Health Movement (PHM), en partenariat avec Amel Association International et l’Université Américaine de Beyrouth, a organisé une conférence de 4 jours intitulée « La Lutte pour le droit à la Santé ». Différents ateliers, ainsi que le lancement de la sixième édition du Global Health Watch rapport, ont été organisés en marge de cet événement. 

La conférence s’est déroulée en présence de délégations arabes, internationales, ainsi que de militants opérant dans le domaine de la santé, parmi lesquels le Dr Roman Vega, coordinateur général du PHM, le Dr Hani Siraj, modérateur des ateliers, le Dr Samer Jabbour, Université Américaine de Beyrouth, ainsi que l’ancien ministre tunisien de la Santé, le Dr. Belkasem Sabr. L’événement était organisé par un comité issu de l’association Amel, qui comprenait Virginie Lefèvre, le Dr. Zeina Mohanna, le Dr. Hassan Ismail, Mohammed Al-Zayed, Sahar Hijazy et Zakia Kronfol.

Lors de son discours d’introduction, le Dr Kamel Mohanna, président-fondateur d’Amel Association International, a mis en exergue les moyens de préserver le droit à la Santé pour l’ensemble des individus, sur le modèle de la dignité humaine. Il a en outre critiqué les faiblesses du système de santé au niveau international, qui résultent de politiques visant les profits plutôt que le bien de l’Humanité. Ce système a ainsi contribué à exacerber l’insécurité sanitaire, nous plaçant face à une crise civilisationnelle, dans laquelle l’accès au droit à la santé représente un enjeu majeur pour l’avenir de l’humanité autant que de la planète. 

Selon le président-fondateur d’Amel, la multiplication des pandémies constitue une opportunité de réfléchir à la destinée de notre civilisation et d’identifier des solutions à la détérioration des conditions climatiques et environnementales. De nos jours, la santé représente un défi mondial, les pays les plus développés n’ayant pas réussi à faire face aux nouvelles crises sanitaires et le secteur de la santé étant aux mains des oligarques. Les politiques d’austérité ont principalement impacté les secteurs de l’environnement, de l’éducation et de la santé et ont conduit au déclin des systèmes de santé actuels, même dans ces pays. 

Selon le Dr Mohanna, le seul moyen de sauver l’humanité est de cesser la marchandisation du droit à la Santé et de lutter contre toute forme d’inégalité afin de construire un monde plus juste. A travers son expérience de terrain, Amel contribue à la préservation du droit à la santé, quelles que soient l’appartenance identitaire, socio-économique, ou les affiliations politiques. 

La conférence comprenait des activités de recherche en relation avec la gouvernance, l’accès à des soins de santé gratuits et les questions liées au genre. Des représentants de chaque Etat participant ont présenté leur vision et expérience dans ce domaine. De son côté, la délégation libanaise, représentée par Amel, a exposé les différents obstacles à l’accès aux soins de santé gratuits au Liban, et a mis en lumière le travail de l’association pour assurer le droit à la santé dans les quartiers populaires. 

Dans le cadre des ateliers dispensés en marge de la conférence, les participants ont visité les centres d’Amel dans la Bekaa. Cela leur a permis de prendre la mesure du travail de l’organisation sur le terrain et d’interagir avec les bénéficiaires, ainsi qu’avec les équipes d’Amel. L’activité de la clinique mobile, qui permet à Amel d’atteindre les groupes les plus marginalisés et les camps les plus difficiles d’accès, leur a en outre été présentée. 

Les intervenants ont visité les centres de Mashghara et Kamed al-Loz, qui travaillent avec la population locale depuis quatre décennies, ainsi que les cliniques mobiles et les unités mobiles d’éducation qui coopèrent avec les réfugiés à l’intérieur des camps. Après ces visites, les participants ont été accueillis dans la ferme Buzuruna Juzuruna, soutenue par Amel. Cette dernière, située à Saadnayel, promeut l’agriculture durable et de meilleures pratiques agricoles visant la protection de l’environnement, la sécurité alimentaire des groupes marginalisés, la préservation de l’originalité des cultures, la protection des semences syriennes et libanaises, et la formation des milieux locaux aux techniques permettant de sécuriser leur alimentation grâce à l’agriculture familiale.

Le Dr Roman Vega, coordinateur général du PHM, a exprimé son admiration envers les capacités d’Amel à réagir sur le terrain et à transformer la lutte pour l’accès à des soins médicaux gratuits en un projet concret dans les zones les plus marginalisées du Liban. Selon lui, le partenariat entre Amel et le PHM constitue une occasion de généraliser l’expérience d’Amel dans le monde et une alternative aux politiques de marginalisation qui ont plongé les individus dans la misère. 

Lors de la conférence, l’association Amel International a été élue comme représentante des pays arabes. En outre, une initiative visant à organiser la réunion du PMH au Maroc l’année prochaine a été proposée.