Une délégation de solidarité internationale visite Amel à l’occasion du 40ème anniversaire du massacre de Sabra et Shatila.

0
23

« A chaque génocide, les criminels misent sur la vulnérabilité de la mémoire. Les auteurs du massacre de Sabra et Chatila pensaient, comme d’autres, que nous oublierions l’horreur dont nous avons été témoins de nos propres yeux lors du massacre, et que nous renoncerions à notre droit et au droit de toute l’humanité à obtenir justice. Mais nous sommes ici aujourd’hui, quarante ans après le 16 septembre 1982 ; nous nous rassemblons du monde entier dans ce Sud Liban libéré d’Israël. Nous nous faisons mémoire ensemble de Sabra et Chatila, nous luttons pour la justice, et nous annonçons le lancement d’un centre de documentation et de solidarité en ce jour anniversaire, pour être un témoin du crime et une parole de vérité face à un monde injuste ».

C’est avec ces mots que le Dr Kamel Mohanna, président fondateur d’Amel International, a accueilli la délégation, en présence de M. Kassem Aina, président de « Beit Atfal Assomoud », et des membres du conseil d’administration d’Amel, le Dr Ibrahim Beydoun, Virginie Lefevre et le Dr Zeina Mohanna, ainsi que des membres de la délégation de solidarité.

Le Dr Mohanna a souligné que l’association Amel International, née du ventre de la souffrance en réponse à la deuxième invasion sioniste et aux tentatives de briser le Liban et de le départir de toute dignité, a été l’une des premières à se rendre sur les lieux du massacre pour sauver les victimes. Le travail humanitaire d’Amel, qui transcende toutes les divisions, participe de la réponse populaire et de la réaction aux répercussions des attaques israéliennes répétées. Amel était et restera au cœur de la résistance contre toutes les forces d’occupation et toutes les formes d’injustice dans le monde, en actes et pas seulement en paroles.

En coopération avec l’ONG palestinienne « Beit Atfal Assomoud » et le comité « Not to Forget Sabra and Shatila » basé en Italie, l’inauguration du centre de documentation et de solidarité dédié au massacre de Sabra et Shatila s’est déroulé le 16 septembre, une date qui coïncide avec le quarantième anniversaire du massacre. Ce centre a pour vocation de recueillir et documenter les témoignages et les souvenirs des survivants et de leurs enfants, ainsi que de préserver les objets ayant appartenu aux victimes et actuellement exposés dans le centre de santé et de développement Amel à Haret Hreik. Il s’agira également, en coopération avec des organisations locales et internationales de défense des droits de l’Homme, de sensibiliser les jeunes à la défense des questions humanitaires et à la lutte en faveur des droits de l’Homme, ainsi que de former les femmes à la production d’objets d’artisanat palestinien, en particulier la broderie palestinienne. L’objectif est de préserver le patrimoine palestinien, soumis à un pillage systématique par l’occupation, de replacer la question de la justice pour les victimes du massacre de Sabra et Chatila au centre des débats, ainsi que de s’insurger encore et toujours contre les nombreux crimes et délits qui sont commis quotidiennement dans notre pays avec le soutien de la communauté internationale.

Le Dr Mohanna est également revenu sur l’engagement d’Amel en faveur de la cause palestinienne, qui loin de se limiter à une solidarité morale, vise un soutien effectif, comme en témoigne l’inauguration du Centre de Solidarité. En outre, Amel a récemment contribué, en coopération avec la maison d’édition Nelson, à la collecte de plus de 100.000 livres destinés à la bande de Gaza. Ce territoire a été témoin d’une agression visant la pierre, les êtres humains, la culture et la destruction de nombreuses bibliothèques. Le Dr Mohanna a enfin appelé tous les partisans de la cause palestinienne dans le monde à faire preuve d’une solidarité effective en prenant des mesures efficaces, notamment en coopérant avec Amel, pour mettre en place une série d’expositions de solidarité dédiées au massacre de Sabra et Chatila en Europe et dans le monde. L’objectif est de faire pression sur l’opinion publique internationale et de défendre la justice de la cause et la légitimité du combat du peuple palestinien.

Le Dr Mohanna a conclu en disant : « Amel, qui est à la tête de la lutte en faveur de la dignité humaine dans le monde, considère que l’action humanitaire ne peut être efficace sans son engagement en faveur des causes justes des peuples, au premier rang desquelles la cause palestinienne. Outre la nécessité de rejeter le double standard entre l’Est et l’Ouest, et de lutter pour une juste répartition des richesses et l’instauration d’un état de justice sociale, Amel se bat depuis cinq décennies pour assurer la dignité de tous. L’association continue de mener à bien sa mission de changement à travers 30 centres, 6 cliniques mobiles, deux unités mobiles d’éducation et une unité de soins pour les enfants des rues, dirigés par 1 400 travailleurs issus de la jeune génération, des jeunes femmes et des personnes expérimentées qui peuvent s’appuyer sur des connaissances, des outils et, bien sûr, un engagement éthique et humain, pour le bien de l’être humain et sa dignité. »