Dans le cadre du Programme de protection de l’enfance d’Amel Association International en partenariat avec l’UNICEF, un événement communautaire a été organisé au centre de développement de Hay El Sellom, où les activités psychosociales de ce programme ont lieu depuis 2015.

L’événement a rassemblé 203 enfants, se concentrant principalement sur leurs droits, en parallèle avec des séances de sensibilisation avec 55 soignants sur le rôle de la parentalité positive et le développement de l’enfant.

Différentes activités récréatives ont été organisées avec les enfants, en leur donnant un espace pour s’exprimer et apprendre leurs droits à travers l’art et des jeux éducatifs.

Les projets de protection de l’enfance mis en œuvre par Amel et ses partenaires se concentrent sur des activités psychosociales avec des enfants âgés de 6 à 16 ans et les personnes s’occupant d’eux, dans le but de susciter un changement de comportement social au niveau communautaire. Ce projet vise à protéger les enfants et les personnes s’en occupant contre tous les types de violence, y compris le mariage précoce et le travail des enfants, en leur fournissant les connaissances et les outils nécessaires pour devenir des acteurs essentiels de leur propre protection. En 2018, 3 660 enfants ont bénéficié des activités de soutien psychosocial dans les centres Amel.

Des activités communautaires de soutien psychosocial pour les enfants syriens et libanais se déroulent actuellement dans cinq centres Amel dans les régions de Beyrouth et de la Beqaa Nord et Ouest.

Pourquoi la protection de l’enfance ?

Une citation célèbre du Dr. Kamel Mohanna, président d’Amel Association International, dit : “les enfants ont droit à la protection. Ils ont le droit de survivre, d’être en sécurité, d’appartenir, d’être entendus, de recevoir des soins adéquats et de grandir dans un environnement protecteur“. En effet, la question de la protection des enfants, dans les zones de conflit et dans les pays en développement, constitue une menace réelle pour le développement des enfants réfugiés et des enfants des populations d’accueil.

Les enfants réfugiés et vulnérables sont confrontés à un certain nombre de risques en matière de protection, notamment la maltraitance, la négligence, l’exploitation et la discrimination. Des enfants d’à peine 7 ans travaillent au lieu d’aller à l’école et de vivre leur enfance, en grande partie à cause de la situation socio-économique de leur famille. En effet, au Liban, 22% des réfugiés syriens âgés de 5 à 17 ans travaillent ainsi que 7% des enfants libanais du même âge.

Le programme de protection de l’enfance d’Amel s’engage dans une approche holistique pour essayer de lutter contre le travail des enfants en ciblant la famille dans son ensemble : Il s’agit de s’efforcer d’empêcher l’enfant de travailler, de lui donner accès à un soutien psychosocial et d’aider les personnes qui s’occupent de lui à accéder à des activités génératrices de revenus.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here