Dr Mohanna au Forum arabe sur le climat : “Il est impossible de construire un monde sûr sans devoir faire face aux catastrophes climatiques.”

0
186

Les 2 et 3 octobre 2022, Le Caire a accueilli la première édition du Forum arabe sur le climat, sous le titre « Ensemble pour renforcer la contribution de la société civile à l’action climatique et au développement durable ». L’événement était organisé par le Réseau arabe des ONG, en partenariat avec le ministère égyptien de l’Environnement, la Ligue des États arabes, le Programme arabe du Golfe pour le développement (AGFUND) et le Conseil arabe pour l’enfance et le développement. S’inscrivant dans le cadre du renforcement du rôle des institutions humanitaires arabes dans la mise en œuvre d’une stratégie de résilience et d’adaptation aux effets du changement climatique, ce forum visait à échanger des idées et partager des expériences en préparation de la COP27 sur le climat, qui se tiendra à Charm el-Cheikh début novembre. A cette occasion, six thèmes ont été abordés : changement climatique et durabilité, impact sur les populations les plus vulnérables, soutien à l’innovation, activités économiques fragilisées par le changement climatique, et intégration citoyenne et communautaire. 

Lors de son allocution, le Dr Kamel Mohanna, coordinateur général du Réseau des ONG libanaises et arabes, et président d’Amel International, a mis en avant le rôle pionnier d’Amel International dans l’adoption de politiques respectueuses de l’environnement et dans la sensibilisation à la question climatique, que ce soit à travers son action au Liban ou dans le monde. Il a ainsi souligné la nécessité de placer la question du climat en tête des priorités, sous peine d’une crise à venir en raison de la pénurie d’eau, susceptible d’impacter deux milliards de personnes, ou d’autres problèmes environnementaux au cours des prochaines années. 

Selon le Dr Kamel Mohanna, 400 millions de personnes dans le monde arabe risquent ainsi d’être exposées à de vagues de chaleur extrême et à la sécheresse. Le Moyen-Orient n’est pas seulement victime du changement climatique ; il en est un contributeur majeur. Aussi, la responsabilité de faire face à cette catastrophe, en prenant des décisions efficaces, incombe aux gouvernements et aux parties prenantes de la région. La question climatique dans le monde est avant tout un problème politique, causé par des politiques capitalistes qui recherchent le profit quel que soit les conséquences pour la Terre et contribuent à alimenter les conflits, les guerres et la pollution à travers la production industrielle et un mode de consommation destructeur. 

Le Dr Mohanna a en outre déclaré qu’il n’est pas possible de construire un monde sûr pour les générations futures sans faire face aux catastrophes climatiques, en trouvant des alternatives et des solutions. Cela nécessite des mesures recueillent l’adhésion des institutions humanitaires et des individus, mais aussi qui doivent être contraignantes pour les gouvernements et les grandes entreprises. Les atteintes au climat doivent être prises en compte à l’instar de tout autre crime de guerre, dans la mesure où il n’y a pas d’alternative à la Terre pour l’Homme. 

Le président d’Amel Association International a exposé les mesures prises par l’association, parmi lesquelles des séances de sensibilisation au sein de 30 centres, 6 cliniques mobiles et une unité mobile de soins pour les enfants de la rue. L’association, qui a lancé un programme de protection de l’environnement et de lutte contre le changement climatique, bénéficie pour cela de l’engagement de 1 400 volontaires permanents et bénévoles. Tous sont dévoués à la cause défendue depuis toujours par Amel : préserver la dignité humaine et construire un monde plus juste et plus humain. 

Le Dr Mohanna a établi un lien entre le retour des épidémies et des catastrophes sanitaires, et la question climatique, estimant vain de travailler dans le domaine de la santé sans comprendre la relation entre le climat, la santé humaine et la Terre. Il a ainsi mis en garde contre le manque de ressources et la pollution dus au changement climatique, qui risquent de devenir la source de guerres à venir, si des solutions basées sur la coopération entre les nations et les peuples, incluant l’intérêt de toute l’humanité, ne sont pas identifiées. 

La participation du Dr Mohanna s’inscrit dans le cadre du renforcement de l’activité de l’association Amel au niveau international, afin de proposer un modèle de changement, intégré à la prise de décision, et une alternative humanitaire au service des causes justes des peuples, parmi lesquelles la cause palestinienne. 

En marge du Forum, le Dr. Mohanna a participé à des conférences de presse pour évoquer les questions humanitaires, notamment la crise économique au Liban, la question des réfugiés et des migrants, et la possibilité de lancer prochainement une antenne d’Amel en Égypte. Il a enfin rencontré le sénateur Dr. Muhammad Taha Elwi et la présidente de l’Organisation des femmes arabes, Dr. Fadia Kiwan.