Le représentant de l’OMS au Liban visite les centres Amel pour renforcer la coopération

0
52

Le représentant de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) au Liban, le Dr. Abdinasir Abubakar, a visité les deux centres PHCC de l’association Amel International à Beyrouth, afin de mieux comprendre les programmes humanitaires mis en œuvre par l’association pour répondre aux besoins de milliers de personnes dans plusieurs régions. A cette occasion, il a été reçu par le Dr Kamel Mohanna, président fondateur de l’association Amel International, le Dr Zeina Mohanna, membre du conseil d’administration et du conseil exécutif, le Dr Ali Ghassani, directeur du centre de recherche médicale, Mohamed Al-Zayed, coordinateur Santé, ainsi que par l’équipe de l’association.

La visite a débuté par le centre de santé et de développement – Dr Ghazi Beydoun à Bourj Al-Barajneh, qui met en œuvre des programmes sanitaires et sociaux dédiés aux habitants de la région et du quartier depuis quarante ans. Ce centre, qui travaille en coopération avec le ministère de la Santé publique et les partenaires locaux et internationaux, comprend diverses spécialités médicales, des tests de laboratoire, une section de santé mentale, ainsi que de sensibilisation sociale et sanitaire. Le Dr Abubakar s’est ainsi entretenu avec l’équipe du centre au sujet de ses défis quotidiens, de son engagement constant en dépit des difficultés que traverse le Liban, et du soutien qu’il est possible d’apporter à la population.

Le coordinateur Santé, Mohamed Al-Zayed, a de son côté exposé le contexte et les besoins de la région de Bourj Al-Barajneh, qui accueille des réfugiés et des migrants libanais, syriens et palestiniens, soulignant que les programmes mis en œuvre par le centre, en partenariat avec les organisations partenaires, sont fondés sur le principe du respect de la dignité humaine, des droits de l’Homme et de la non-discrimination. Il est en outre revenu sur le rôle central joué par les centres Amel, lors de l’apparition de la pandémie de Covid-19, dans la sensibilisation, la protection de la société contre les épidémies communautaires et le traitement des personnes infectées par le biais des équipes de soins à domicile.

La délégation s’est ensuite rendue au centre de santé et de développement Amel à Achrafieh, qui a été inauguré en 2021, en réponse à l’explosion du port de Beyrouth et à la détérioration de la situation économique. La région d’Achrafieh compte en effet parmi les zones les plus touchées par l’explosion, en particulier Karm al-Zaytoun, quartier particulièrement marginalisé de Beyrouth. L’ouverture de ce centre s’inscrit ainsi dans le cadre du plan d’urgence mis en œuvre par Amel, en réponse aux besoins de la région et en solidarité avec les personnes touchées.

L’équipe du Centre Ashrafieh a mis en lumière le travail et les programmes mis en œuvre en collaboration avec les partenaires locaux et internationaux, notamment les soins de santé (consultations médicales, tests de laboratoire) et les activités de développement visant à autonomiser les gens, sans mentionner les deux programmes dédiés à la lutte contre la violence liée au genre et au soutien des travailleurs migrants, ou encore les campagnes de vaccination gratuites.

Dans son allocution de bienvenue au Dr Abubakar, le Dr. Mohanna a insisté sur la nécessité de faire du droit à la santé pour tous un objectif concret et pas seulement un slogan, soulignant que l’association non-confessionnelle Amel mène une lutte sans relâche en faveur de la dignité humaine et de l’établissement d’un Etat de justice sociale, quelles que soient les difficultés ou les circonstances. L’association est aujourd’hui en mesure de participer efficacement pour répondre à la crise multidimensionnelle que traverse le Liban, grâce à ses 30 centres de santé et de développement, ses 6 cliniques mobiles, qui renforcent les programmes de santé et d’urgence dans les zones marginalisées, mais aussi grâce à l’engagement et au dévouement de ses 1 400 travailleurs à temps plein et bénévoles. Amel pose ainsi les bases d’un modèle de changement visant à construire au Liban un Etat citoyen fondé sur la justice sociale.

Le Dr Mohanna a également déclaré : « Le plan d’intervention lancé par Amel, pour répondre aux dommages causés par l’explosion du port de Beyrouth, incarne dans la pratique une intervention basée sur les besoins réels des gens, et non selon une répartition communautaire ou régionale. Ce plan comprend la mise en place d’une clinique mobile à Mar Mikhael, une autre dédiée aux personnes âgées à Achrafieh, ainsi que le lancement de centres de santé et de développement à Achrafieh, Bourj Hammoud, Ramel El-Zarif, Al-Arqoub, et d’un troisième centre à Ain El-Remmaneh, dans l’intérêt des populations les plus marginalisées ».

Le Dr Mohanna s’est félicité de la qualité du partenariat entre Amel et l’Organisation mondiale de la santé. Lutter ensemble pour un objectif commun est un modèle de partenariat efficace et égalitaire, qui contribue à améliorer la vie des gens et à garantir leurs droits fondamentaux.

Pour sa part, le Dr. Abubakar a loué l’approche humanitaire d’Amel et les efforts déployés en solidarité avec les gens. Il est notamment revenu sur les programmes de droit à la santé pour tous, qui s’attachent à maintenir une qualité de soin élevée grâce aux meilleurs équipements médicaux et travailleurs engagés à assurer la dignité des gens. Amel est, selon lui, à l’avant-poste des organisations exemplaires dans le domaine de la santé, et son expérience doit être reconnue aux niveaux local et mondial.

Pour lire l’article sur le site de l’Orient le Jour veuillez cliquer-ici