Visite de l’ambassadrice de France à Arkoub: “La culture de la citoyenneté caractérise la philosophie d’Amel”

0
340

L’ambassadrice de France au Liban visite le centre Amel à Arkoub

L’ambassadrice de France au Liban, Madame Anne Grillo, a visité le centre de santé et de développement d’Arkoub à Kafr Hamam, développé par Amel Association International, avec le soutien du CDCS, et désormais opéré dans le cadre du Consortium SAQIRH, en partenariat avec PUI et MdM, avec le soutien de l’AFD. Le centre bénéficie également d’une coopération avec le Fonds Zakat. Répondant aux besoins croissants de zones marginalisées, ce centre, sous l’égide du ministère libanais de la Santé publique, couvre 17 localités, afin d’assurer la santé pour tous.

Lors de sa visite, Madame Anne Grillo a été accueillie par le Dr Kamel Mohanna, fondateur d’Amel, ainsi que par les acteurs locaux de la région, parmi lesquels le Mufti Sheikh Hassan Dali, le Dr. Qassem Al-Qadri, maire de Kafr Shuba, Hasib Abdel Hamid, maire de Kafr Hamam, Ayman Choucair, maire d’Al-Hbariya, ainsi que les équipes d’Amel.

Dans son allocution, le Mufti Dali a mis en exergue l’importance et la qualité de la coopération entre Amel et Dar al Fatwa, sous la supervision du ministère libanais de la Santé publique. Le maire de Kafr Shuba a également prononcé un discours, suivi de celui du maire de Kafr Hammam, Hasib Abdel Hamid, qui a insisté sur l’importance du partenariat entre les municipalités et les associations humanitaires.

Visant à garantir les droits fondamentaux des populations vulnérables de la région d’Arkoub, en particulier dans le domaine des soins de santé primaires et de l’aide psychosociale, le centre Amel est aussi spécialisé dans le domaine de la santé reproductive, de l’autonomisation des femmes et de la protection des jeunes filles et des femmes contre toute forme de violence et de marginalisation.

L’ambassadrice a salué les efforts d’Amel et réitéré le soutien de la France au Liban, alors que le pays connaît une crise sans précédent. Elle a également noté la culture de la citoyenneté et de la responsabilité qui caractérise la philosophie d’Amel et son adhésion aux valeurs des droits de l’Homme, incarnées par les activités de l’association au Liban et dans le monde. L’ambassadrice a également exprimé son admiration pour l’équipement de pointe utilisé et les normes sanitaires appliquées par le centre, faisant d’Amel une expérience pionnière qui doit être diffusée au Liban et dans le monde.

Pour sa part, le Dr Mohanna a fait l’éloge de la coopération étroite entre le Fonds Zakat, Amel, les municipalités et le ministère libanais de la Santé publique, considérant que ce type de partenariats, mené d’égal à égal au Liban, est enraciné dans les valeurs de l’association depuis sa création. Il a en outre remercié l’AFD et le CDCS, pour leur soutien continu aux programmes d’Amel.

Le Dr Mohanna a décrit le centre d’Arkoub comme un point névralgique de la région, qui permet aux populations locales, indépendamment de leur origine ou de leur religion, d’accéder à leurs droits fondamentaux en matière de santé et de protection.

Défendant une culture de solidarité plutôt que de charité, Amel milite en faveur de la dignité humaine grâce à 32 centres répartis dans tout le pays, six cliniques mobiles, deux unités mobiles d’éducation et une unité mobile de protection. L’association, qui entend sortir de la logique du clientélisme et de la dépendance, peut également compter sur le soutien de 1 500 volontaires, dont la plupart sont des jeunes.

Pour consulter l’article sur le site Internet de L’Orient-Le Jour, cliquez ici!